Skip main navigation
fermer
Sauter le menu général

Révélations

dans leur contexte

L’offrande acceptable du camp de Sion

D&A 103, 105

Matthew C. Godfrey

Nathan Baldwin, vingt-deux ans, fut surpris lorsqu'il fut poussé à « aller vers l’ouest1 » alors qu’il prêchait l’Évangile dans le Connecticut en février 1834. Nathan, qui naquit en 1812 à Augusta Township dans le comté de Grenville du Haut-Canada, s’était fait baptiser le 28 avril 1833 et avait jusqu’alors passé son temps à prêcher dans l’est des États-Unis. Il obéit rapidement à l’inspiration d’aller vers l’ouest. Il écrit : « Je me suis immédiatement tourné vers l’ouest et j’ai commencé à revenir sur mes pas, tout en me demandant ce que j’allais y faire. » Lorsqu’il arriva à Oswegatchie, dans l’État de New York, un jeune homme du nom de Reuben Foote lui rapporta que les Saints avaient été chassés du comté de Jackson, au Missouri, à l’automne 1833, et que Joseph Smith, le prophète, avait l’intention de mener une expédition pour aider les membres de l’Église qui avaient été forcés de partir. Nathan sentit qu’il comprenait maintenant pourquoi le Seigneur l’avait envoyé vers l’ouest : afin qu’il puisse se joindre à l’expédition2.

Les renseignements qu’on lui donna à Oswegatchie étaient corrects. Au même moment où Nathan se sentit poussé à voyager vers l’ouest, Parley P. Pratt et Lyman Wight arrivaient à Kirtland, en Ohio, en provenance du Missouri pour expliquer à Joseph Smith et au grand conseil de Kirtland la situation critique des Saints qui vivaient alors principalement dans le comté de Clay, au Missouri. Parley et Lyman se demandaient comment Sion serait rachetée et à quel moment elle le serait, c’est-à-dire comment et quand les Saints récupéreraient leurs terres au comté de Jackson. Après les avoir écoutés, Joseph Smith déclara « qu’il se rendait à Sion pour contribuer à son rachat » et demanda à des volontaires de l’accompagner3.

« Joseph Smith déclara ‘qu’il se rendait à Sion pour contribuer à son rachat’ et demanda à des volontaires de l’accompagner »

Le même jour, Joseph reçut une révélation, que l’on trouve aujourd’hui dans Doctrine et Alliances 103, qui lui donnait l’instruction de recruter 500 hommes « de la force de [la] maison [du Seigneur] », des membres jeunes et d’âge mûr de l’Église, pour aller en Sion, où ils rachèteraient la vigne du Seigneur4. Quelques mois plus tôt, en décembre 1833, le Seigneur avait fait allusion à cet effort pour racheter Sion dans la révélation qui se trouve aujourd’hui à la section 101 des Doctrine et Alliances. La révélation contient la parabole d’un noble dont la vigne a été envahie par ses ennemis et qui demande à son serviteur de lever une armée pour reprendre ses terres5. Dans la révélation de février 1834, le Seigneur indique que Joseph Smith est le serviteur de la parabole et le désigne pour mener une expédition en Sion6.

Nathan Baldwin se porta volontaire. Il arriva à Kirtland le 3 mai 1834, deux jours seulement avant que Joseph ne partît avec un groupe d’hommes pour le Missouri7. Une vingtaine d’autres personnes quittèrent le Territoire du Michigan le 5 mai, sous la direction de Lyman Wight et de Hyrum Smith8. En comptant les recrues rassemblées le long du chemin, l’expédition, connue à l’époque sous le nom de camp d’Israël et plus tard appelée camp de Sion, compta finalement 205 hommes et environ 25 femmes et enfants9.

Sidney Rigdon et Oliver Cowdery expliquèrent les objectifs de l’expédition dans une lettre adressée aux saints partout aux États-Unis, implorant leur soutien. Cette lettre expliquait que le groupe ferait route jusqu’au comté de Clay, au Missouri, où les dirigeants de l’Église déposeraient une requête auprès de Daniel Dunklin, gouverneur de l’État, pour faire appel à la milice de l’État, ce que Joseph Smith et d’autres personnes pensaient qu’il était disposé à faire. La milice escorterait les saints sur le chemin du retour sur leurs terres dans le comté de Jackson et prendrait ensuite congé. Les membres du camp de Sion resteraient sur place pour servir de protection et pour s’assurer que les membres de l’Église ne soient pas à nouveau chassés10.

« Cependant, personne ne savait comment réagiraient les habitants du Missouri lorsque le camp arriverait dans l’État.  »

D & A 103 sur JosephSmithPapers.org
Cependant, personne ne savait comment réagiraient les habitants du Missouri lorsque le camp arriverait dans l’État. Nathan Baldwin, plus enclin à la paix, s’attendait entièrement à se battre en tant que membre du camp, ce qui l’inquiétait. Il se rappelle : « Je ne déteste presque rien de plus que la vue d’une arme à feu. Cependant, je me suis procuré un fusil, un équipement et des munitions et j’ai essayé par moi-même d’apprendre à m’en servir11. »

Les participants contribuèrent en grande partie aux dépenses du camp par leurs propres moyens. Les membres de l’Église donnèrent environ trois cents dollars pour l’expédition, mais ce ne fut pas suffisant. Peu de temps après leur départ de Kirtland, les membres du camp consacrèrent leur argent et créèrent un fonds général pour les dépenses. Certains membres n’avaient rien à consacrer ; d’autres, comme John Tanner, contribuèrent à hauteur de 170 $. Nathan Baldwin fut honoré de consacrer quatorze dollars. On organisa aussi le camp en compagnies de douze hommes, chacun ayant une responsabilité déterminée au sein de sa compagnie. Nathan reçut la tâche de l’approvisionnement en eau12.

Pendant un mois et demi, Nathan et le reste du camp de Sion traversèrent l’Ohio, l’Indiana et l’Illinois pour se rendre au Missouri. Le rythme était rapide puisque le camp parcourait environ soixante-cinq kilomètres par jour. Nathan se souviendra plus tard : « Comme la plupart des chariots étaient remplis de bagages, nous devions faire le chemin à pied. » A cause de cela, les participants avaient les pieds douloureux et des ampoules, et leurs « orteils étaient même tellement irrités que [leurs] chaussettes étaient imprégnées de sang13 ». Bien que certains membres du camp, comme Sylvester Smith, se plaignissent tout au long du voyage, dégoûtés de la nourriture que le camp devait manger et du manque d’eau, Nathan (ainsi que la majorité des participants) persévéra courageusement et sans se plaindre, même lorsque la seule chose qu’il avait à boire était la rosée qu’il recueillait « sur l’herbe d’un geste rapide à l’aide d’un plat qui servait de louche14 ».

« Le rythme était rapide puisque le camp parcourait environ soixante-cinq kilomètres par jour. »

Au début de juin 1834, le camp traversa le fleuve Mississippi pour entrer au Missouri15. Le 7 juin, il atteignit la Salt River, où se trouvait une branche de l’Église. Le 8 juin le contingent de Kirtland fut rejoint par le groupe du Territoire du Michigan, et, après une réorganisation, le camp poursuivit sa route vers le comté de Clay le 12 juin16.

Le 19 juin, Nathan se souvient que le groupe « campa sur une petite colline entre deux bras de la Fishing River, près d’une église baptiste en rondins de bois17 ». Tandis qu’ils préparaient le camp pour la soirée, « plusieurs hommes armés » s’approchèrent et leur dirent qu’ils « verraient l’enfer avant le matin ». Un groupe important d’hommes, au nombre de 1 600 selon les souvenirs de Nathan, mais autour de 500 selon d’autres sources, attendait le coucher du soleil pour attaquer le camp18. Nathan se rappelle que dès que la menace fut faite, « un petit nuage noir apparut à l’ouest et grossit jusqu’à couvrir rapidement tout le ciel, présentant un aspect vengeur, tandis que la pluie tombait à verse, que les vents hurlaient, que des éclairs illuminaient le ciel et que le tonnerre grondait comme rarement19 ». La grêle tomba également, certains grêlons « aussi gros que des gobelets », cassant des branches d’arbre et faisant voler en éclat des clôtures. Le grand orage avait fait « considérablement monter le niveau de la rivière, de telle sorte qu’[ils] ne pouvaient pas avancer, et que [leurs] ennemis ne pouvaient pas non plus [les] atteindre s’ils en avaient l’intention ».

« Nathan et d’autres membres du camp perçurent la tempête comme une preuve de la protection de Dieu »

Nathan et d’autres membres du camp perçurent la tempête comme une preuve de la protection de Dieu, puisqu’elle empêcha ce groupe d’hommes d’attaquer le camp. Nathan déclare : « Le Seigneur avait précédemment dit qu’il combattrait pour ses saints, et il semblait que l’ordre d’utiliser l’artillerie des cieux pour défendre ses serviteurs émanait de lui20. »

Deux jours après l’orage, un groupe d’hommes représentant les comtés de Ray et de Clay pénétrèrent dans le camp et dirent à Joseph Smith que leurs actions avaient mis en colère la majorité des Missouriens de l’ouest. En effet, des journaux rapportaient qu’un grand nombre d’hommes s’étaient rassemblés dans le comté de Jackson, prêts à verser le sang, au cas où le camp traverserait le fleuve Missouri. Les représentants des deux comtés dirent au camp « la marche à suivre afin d’obtenir » la « faveur et la protection » des Missouriens de l’ouest21. Joseph Smith apprit aussi que Daniel Dunklin, le gouverneur du Missouri, ne voulait pas faire appel à la milice de l’État à ce moment-là, ce qui signifiait qu’aucune milice ne raccompagnerait les Saints sur leurs terres dans le comté de Jackson22.

D & A 103 sur JosephSmithPapers.org
Le 22 juin, Joseph réunit un conseil « pour déterminer la marche à suivre » pour le camp23. Durant ce conseil, il dicta ce qui se trouve aujourd’hui dans Doctrine et Alliances 105 : une révélation qui, selon Joseph Holbrook, membre du camp,  « expos[ait] la volonté de Dieu concernant la rédemption de Sion24 ». Cette révélation expliquait aux participants du camp qu’on ne leur demandait plus de racheter Sion à ce moment-là, soulignant que Dieu combattrait pour Sion et que les anciens de l’Église devaient être dotés de pouvoir avant que Sion ne puisse être rachetée. Elle rassurait aussi les participants en leur disant que le Seigneur acceptait leur offrande de temps et d’argent pour la cause de Sion25. Pour Nathan Baldwin, cette révélation « [lui] convenait au-delà de tout ce [qu’il] avait jamais entendu auparavant, à l’exception de l’Évangile ». D’autres membres du camp ne partagèrent pas son point de vue. Nathan rapporte que certains apostasièrent parce qu’ils étaient contrariés de ne pas avoir pu se battre26.

« La révélation rassura aussi les participants en leur disant que le Seigneur acceptait leur offrande »

N’ayant plus l’obligation de racheter Sion, le camp commença à se séparer. Cette séparation fut précipitée quand une épidémie de choléra frappa le camp à la fin du mois de juin. Treize membres du camp moururent, ainsi que deux membres de l’Église qui vivaient au Missouri. Nathan rapporte que « certains des meilleurs hommes du camp » furent tués au cours de l’épidémie. Lui et les autres participants qui ne contractèrent pas la maladie durent prendre soin des malades27.

Le 1er juillet 1834, Nathan fut officiellement libéré de ses fonctions, et la partie de l’argent qu’il avait consacré et qui n’avait pas été dépensé lui fut rendue. On devait lui rendre 1,16 dollars mais on ne lui rendit qu’un dollar car on n’avait pas la monnaie. Il fit le voyage du retour vers Kirtland au cours des semaines suivantes avec ce seul dollar en poche pour subvenir à ses besoins28.

Bien qu’il subît des privations et rencontrât des difficultés pendant le voyage, le temps qu’il passa avec le camp de Sion posa un fondement pour le reste de sa vie. Il eut bientôt la bénédiction de participer à l’école des anciens de Kirtland en compagnie de Joseph Smith et d’autres élèves. Il fit aussi partie des membres du camp appelés à servir dans le premier Collège des soixante-dix. Il se souviendrait toujours de ce que le Seigneur déclara à la section 105 concernant les participants du camp : « J’ai entendu leurs prières et j’accepterai leur offrande29 ».

Notes de bas de page

[1] Nathan B. Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 6-7, Bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City.

[2] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 7-8.

[3] « Minutes, 24 February 1834 », p. 41-42, josephsmithpapers.org.

[4] « Revelation, 24 February 1834 [D&C 103] », p. 7-18, josephsmithpapers.org.

[5] « Revelation, 16-17 December 1833 [D&C 101] », p. 73-83, josephsmithpapers.org.

[6] « Revelation, 24 February 1834 [D&C 103] », p. 12-13, josephsmithpapers.org.

[7] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 8.

[8] Journal de la branche de l’Église du Christ à Pontiac, p. 1, Bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City.

[9] « History, 1838-1856, volume A-1 [23 December 1805-30 August 1834] », p. 477-478, josephsmithpapers.org ; Heber C. Kimball, Autobiography, vers 1842-1858, p. 11, Bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City ; Andrea G. Radke, « We Also Marched : The Women and Children of Zion’s Camp, 1834 », BYU Studies, vol. 39, n° 1, 2000, p. 149-159.

[10] Lettre de Sidney Rigdon et d’Oliver Cowdery, 10 mai 1834, Bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City.

[11] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 8.

[12] « Account with the Church of Christ, circa 11–29 August 1834 », p. 1, josephsmithpapers.org ; Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 9, 15.

[13] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 9.

[14] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 11-12 ; « Minute Book 1 », p. 58-59, josephsmithpapers.org.

[15] Joseph Smith, « Letter to Emma Smith, 4 June 1834 », p. 56, josephsmithpapers.org.

[16] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 11.

[17] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 12 ; majuscules standardisées.

[18] Voir, par exemple, George A. Smith, Autobiography, p. 42-43, Bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City.

[19] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 12.

[20] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 12 ; majuscules standardisées.

[21] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 13 ; Joseph Smith et d’autres, « Declaration, 21 June 1834 », p. 1-2, josephsmithpapers.org.

[22] Joseph Smith et d’autres, « Declaration, 21 June 1834 », p. 1-2, josephsmithpapers.org ; « The Mormon controversy », Washington D.C. Daily National Intelligencer, 23 juillet 1834, p. 3.

[23] William F. Cahoon, Autobiography, p. 43, Bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City.

[24] Joseph Holbrook, Autobiography and journal, p. 38, Bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City.

[25] « Revelation, 22 June 1834 [D&C 105] », p. 97-100, josephsmithpapers.org.

[26] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 14.

[27] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 14 ; Max H. Parkin, « Zion’s Camp Cholera Victims Monument Dedication », Missouri Mormon Frontier Foundation Newsletter, vol. 15 (Automne 1997), p. 4-5.

[28] Baldwin, Account of Zion’s Camp, p. 15.

[29] « Revelation, 22 June 1834 [D&C 105] », p. 98, josephsmithpapers.org.