Skip main navigation
fermer
Sauter le menu général

Révélations

dans leur contexte

Warren Cowdery

D&A 106

Lisa Olsen Tait

Lorsque son frère cadet Oliver, alors âgé d’une vingtaine d’année, devint le « deuxième ancien » de l’Église rétablie en 1830, Warren Cowdery (que l’on appelait parfois le docteur Cowdery) possédait une pharmacie, était Maître de poste et avait construit la première maison en briques de Freedom, État de New York1. À l’époque, sa femme Patience et lui avaient huit enfants. Bien qu’il ait apparemment entendu parler du Livre de Mormon au moment de sa publication en 1830, Warren attendit quatre ans avant de se joindre à l’Église2. Il suivait de loin les événements qui se déroulaient dans la religion de son frère. Dans une lettre adressée à Oliver en janvier 1834, Warren exprima de la sympathie pour le sort des Saints au Missouri après leur expulsion du comté de Jackson, mais il désignait encore les membres de l’Église comme « ton peuple » et « tes amis3 ».

Le journal de Joseph Smith relate la visite de celui-ci chez les Cowdery en mars 1834.

Le tournant décisif pour Warren Cowdery se produisit probablement lors d’une visite de Joseph Smith et Parley P. Pratt, en mars 1834. Obéissant au commandement de recruter des participants et de recueillir des dons des membres de l’Église des « contrées de l’Est » pour le Camp de Sion, Joseph et Parley traversèrent Freedom et passèrent la nuit dans la maison de Warren et de Patience Cowdery, où on les traita avec hospitalité et où ils reçurent toutes les bénédictions temporelles et spirituelles dont ils avaient besoin ou qu’ils furent trouvés dignes de recevoir. Lors de leur visite, ils prêchèrent plus d’une fois « dans une pièce pleine à craquer », et plusieurs personnes se firent baptiser, dont le voisin des Cowdery, Heman Hyde4. Pratt raconta plus tard que « trente ou quarante » personnes furent baptisées et organisées en une branche, qui devint le point de départ de la croissance de l’Église dans cette région5.

Bien qu’il ne reste aucune archive de ces premiers membres de la branche de Freedom, il est probable que Warren Cowdery était parmi eux. Pendant l’automne 1834, six mois après la visite de Joseph Smith, Warren écrivit une autre lettre à Oliver dans laquelle il parla de la religion que « nous avons tous deux embrassée » et fit allusion aux Saints comme étant « nos frères et sœurs ». La lettre de Warren suggère que sa conversion avait été difficile. Il semble avoir été soucieux de la critique et de la désapprobation « des milliers de gens respectables [qui] disent que. . . nous avons été bercés d'illusions et avons été trompés », étant particulièrement sensible à cette opposition à cause de sa position dans la collectivité locale. Et bien qu’il ait reçu « des manifestations de l’approbation divine » en participant au culte de la branche de Freedom, Warren aspirait à vivre des expériences telles que celles que son frère avait vécues. Il écrit :« J’ai souhaité mille fois recevoir le témoignage que tu as reçu6 ». Warren exprimait aussi le désir qu’« un prédicateur de notre ordre » vienne dans la région de Freedom, quelqu’un qui « nous ferait du bien, en nous fortifiant et en nous édifiant dans la très sainte foi7. »

Révélation des 9 au 12 mars 1834, sur JosephSmithPapers.org

Il fût probablement surpris lorsque, deux mois plus tard, Joseph Smith reçut une révélation le désignant comme « grand prêtre président de mon église, dans le pays de Freedom et dans les régions alentour8 ». Comme c’est souvent le cas, Warren devrait être la réponse à sa propre requête. Et comme pour beaucoup de ceux qui ont été appelés à servir depuis, les paroles d’encouragement et les conseils qu’il reçut indiquaient que le Seigneur le connaissait et allait l’aider à réussir dans son appel.

En affirmant le choix de Warren de se joindre à l’Église, la révélation mettait aussi implicitement en évidence le combat qu’il avait vécu : « Il y a eu de la joie dans les cieux lorsque mon serviteur Warren s'est incliné devant mon sceptre et s'est détaché des artifices des hommes9. » Ce changement allait s’accentuer encore plus, puisque la révélation recommandait que Cowdery « prêche mon Évangile éternel, élève la voix et avertisse le peuple, non seulement là où il habite, mais dans les comtés avoisinants, » et qu’il « consacre tout son temps à cet appel élevé et saint10. » En le faisant, le Seigneur  » lui [donnerait] la grâce et l’assurance par lesquelles il [demeurerait]11 ». Au bout du compte, disait la révélation, le succès de Warren dépendrait moins de ses aptitudes que de son humilité : « Mon serviteur Warren est béni, car je serai miséricordieux envers lui ; et malgré la vanité de son cœur, je l’élèverai, s’il s’humilie devant moi12. »

Bien que les archives soient peu nombreuses, nous savons que Warren Cowdery occupa la fonction d’ancien, président de la région de Freedom au cours de l’année suivante, une année mouvementée pour la région. Une conférence présidée par Sidney Rigdon, membre de la Première Présidence, se tint début avril. Dans un rapport sur la conférence paru dans le journal, Oliver Cowdery fit observer que la région « vaste » de Freedom était « impatiente de recevoir des instructions concernant la foi et les croyances de l’Église, motivée par le petit nombre d’anciens qui ont prêché de façon divine dans ce pays13 ». Plusieurs semaines plus tard, les douze apôtres rendirent visite aux saints de la région au cours de leur première mission en tant que collège. Ils tinrent les 22 et 23 mai une conférence au cours de laquelle ils définirent les limites géographiques de la Conférence de Freedom, qui comprenait 12 branches et recouvrait une grande partie de l’Ouest de New York14. La branche de Freedom était la plus grande, avec soixante-cinq membres inscrits sur les registres.

« La "parole de sagesse," le don des langues, de prophétie, etc. »,et « la rédemption de Sion » comptèrent parmi les thèmes abordés lors de cette conférence. Cinq membres des douze prirent la parole, après quoi « l’Église exprima sa détermination de mettre en pratique les enseignements » donnés. Plus tard dans l’année, les habitants de la région reçurent la visite d’Orson Pratt qui était alors en mission. Il relata avoir baptisé quelque personnes, vendu des exemplaires du Livre de Mormon et des Doctrine et Alliances et plusieurs abonnements au Journal de l’Église, le Messenger and Advocate. « J’ai l’espoir que de nombreuses personnes embrasseront l’Évangile dans ces régions » écrivit-il15.

Ces récits et d’autres indiquent que Warren Cowdery jouait un rôle dans les relations dynamiques qui existaient entre les unités centrales de l’Église et les branches éloignées au début de l’histoire de l’Église. En tant que dirigeant local de l’Église, il s’est occupé de nombreux nouveaux convertis, tout en contribuant à accueillir et à organiser des réunions pour les missionnaires et les dirigeants de Kirtland.

« Warren Cowdery jouait un rôle dans les relations dynamiques qui existaient entre les unités centrales de l’Église et les branches éloignées au début de l’histoire de l’Église ».

Les progrès missionnaires pouvaient mener à la croissance rapide de nouvelles branches, dont certaines, comme celle de Freedom, devinrent substantielles en taille. Mais en raison de l’appel des Saints à se rassembler, les dirigeants locaux devaient souvent faire face à de rapides pertes dans la taille de leurs congrégations. L’expérience de Warren Cowdery était encore une fois typique. Son rapport publié dans le Messenger and Advocate en février 1835 donne une idée de la vitesse à laquelle les premières branches pouvaient évoluer. Le rapport dénombrait 72 membres à Westfield, un nombre conséquent, tandis que les branches de Mendon et de Lima n’avaient que huit membres au total. « Une grande partie des membres de cette congrégation a émigré ; certains à Kirtland et d’autres au Missouri, et les huit personnes mentionnées ici, sont celles qui sont restées », expliqua Cowdery. « La congrégation était jadis nombreuse. »

De même, les dix-huit membres dénombrés à Java et Weathersfield représentaient « ce qu’il reste d’une congrégation », dont « beaucoup ont émigré vers les lieux de rassemblement16 ». Cowdery lui-même finit par se joindre au rassemblement. Après avoir servi fidèlement à Freedom, les Cowdery vendirent leurs biens en automne 1835 et s’apprêtèrent à partir pour Kirtland17. Ils y arrivèrent au début de 1836, juste à temps pour participer aux événements entourant la consécration de la maison du Seigneur.

Comme beaucoup d’autres Saints peu connus des débuts de l’histoire de l’Église, Warren Cowdery a grandement contribué à l’œuvre du Seigneur. Il a travaillé au bureau d’édition de Kirtland et a édité le journal de l’Église. Il a servi de greffier à Joseph Smith et aidé à enregistrer la prière de consécration du temple de Kirtland et à tenir des registres quotidiens. Sa contribution la plus mémorable se trouve à quelques pages de la révélation qui lui a été adressée en 1836 ; il a rédigé la page du journal de Joseph Smith qui décrit la visite du Sauveur et d’autres messagers célestes à Joseph et Oliver dans le Temple de Kirtland le 3 avril 1836.

Notes de bas de page

[1] Renseignements biographiques sur Warren sur josephsmithpapers.org.

[2] Un des voisins de Warren Cowdery à Freedom se souvint avoir lu des pages du manuscrit du Livre de Mormon que Warren avait obtenues d’Oliver. Voir le journal de William Hyde, classeur 2, 5, Church History Library, Salt Lake City.

[3] Warren Cowdery, Freedom, État de New York, à Oliver Cowdery, Kirtland, Ohio, 14 janvier 1834, Evening and Morning Star, janvier 1834, p.127.

[4] Journal, 1832-1834, 9 – 12 mars 1834, josephsmithpapers.org. Parley P. Pratt écrivit ce passage dans le journal de Joseph Smith.

[5] Parley P. Pratt, The Autobiography of Parley Parker Pratt, One of the Twelve Apostles of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, ed. Parley P. Pratt Jr.,1874, p. 117.

[6] Warren Cowdery, Freedom, État de New York, à Oliver Cowdery, Kirtland, Ohio, 1er septembre 1834, Evening and Morning Star, septembre 1834, p.189.

[7] Warren Cowdery, Freedom, État de New York, à Oliver Cowdery, Kirtland, Ohio, 1er septembre 1834, Evening and Morning Star, septembre 1834, p.189.

[8] Doctrine et Alliances 106:1.

[9] Doctrine et Alliances 106:6.

[10] Doctrine et Alliances 106:2-3.

[11] Doctrine et Alliances 106:8.

[12] Doctrine et Alliances 106:7.

[13] Messenger and Advocate, vol. 1, avril 1835, p.108.

[14] À ce moment-là le mot « conférence » faisait allusion non seulement aux réunions au cours desquelles les affaires de l’Église étaient traitées mais aussi à des « zones géographiques définies pour des raisons administratives » (voir « Conferences » dans le Glossaire des Écrits de Joseph Smith (Joseph Smith Papers) sur : josephsmithpapers.org). Lors de la réunion tenue par les douze à Freedom, en juillet 1835, il a été déterminé que « les limites de cette Conférence s’étendent de Lodi dans l’Ouest, jusqu’à Avon à l’Est, et de la Pennsylvanie au Sud au lac Ontario au Nord » (Record of the Twelve, 14 février – 28 août 1835, 22 – 23 mai 1835, josephsmithpapers.org).

[15] Messenger and Advocate, vol. 2, novembre 1835, p.224.

[16] Messenger and Advocate, vol. 1, février 1835, p.75.

[17] Caroline Barnes Crosby et son mari, Jonathan, traversèrent Freedom en se rendant à Kirtland en novembre 1835 et passèrent une nuit avec la famille de Warren Cowdery. Caroline écrivit que les Cowdery avaient « vendu leurs biens dans ce lieu et avaient eux-mêmes l’intention d’émigrer à l’Ouest au printemps » (No Place to Call Home: The 1807–1857 Life Writings of Caroline Barnes Crosby, Chronicler of Outlying Mormon Communities, ed. Edward Leo Lyman, Susan Ward Payne, et S. George Ellsworth, 2005, p.38).