Skip main navigation
fermer
Sauter le menu général

Révélations

dans leur contexte

Leman Copley et les Shakers

D&A 49

Matthew S. McBride

Shaker dance, Currier & Ives engraving, 1830

Au printemps 1831, un fermier prospère nommé Leman Copley s'est joint à l’Église du Christ (nom par laquelle l’Église SDJ était connue). Sa ferme de Thompson, en Ohio, était située à seulement quelques kilomètres au nord-est du village de Kirtland, qui était devenu le nouveau siège de l’Église.

Leman Copley avait été pendant de nombreuses années avant sa conversion, membre de la Société Unie des Croyants en la seconde venue du Christ. Les membres de cette secte étaient communément surnommés les Shakers parce que leur culte incluait une forme de danse extatique. Les nombreuses similitudes entre les points de doctrine des Shakers et des Mormons attirèrent sans aucun doute l'attention de Leman Copley : les deux Églises partageaient des croyances en une apostasie générale, la révélation moderne, le libre-arbitre de l’homme et l’idéal de la vie communautaire. Cependant, elles différaient considérablement sur d’autres points importants.

Les Shakers ne considéraient pas le baptême, ni aucune autre ordonnance, comme indispensables au salut. Ils croyaient que Jésus-Christ était déjà venu pour la deuxième fois sous la forme de Mère Ann Lee (1736-1784), qui était une des première dirigeantes des Shakers. Certains étaient végétariens. Les Mormons et les Shakers divergeaient également dans leurs points de vue sur le mariage et les relations sexuelles ; les croyants fervents (c'est ainsi que les Shakers s'appelaient) insistaient sur la nécessité du célibat absolu, qu'ils nommaient « se charger de la croix ».

Ces deux groupes religieux s'étaient croisés pour la première fois l’hiver précédent, quand un groupe de missionnaires mormons, qui était en route vers le Missouri et qui comprenait Oliver Cowdery et Parley P. Pratt, s'arrêta brièvement dans la colonie des Shakers de l’Union du Nord, en Ohio. La Communauté de l'Union Nord était située à quelque vingt kilomètres au sud-ouest de Kirtland.

Oliver Cowdery se présenta au dirigeant Shaker, Ashbel Kitchell, comme « assistant à la traduction de la Bible d’or » et comme l’un des trois témoins de l'ange qui avait témoigné de sa véracité. Ashbel Kitchell permit à Cowdery de faire part de son message lors d'une réunion de la communauté1.

Après deux nuits dans l’Union du Nord, Oliver Cowdery et ses compagnons continuèrent leur route, mais ils donnèrent à Ashbel Kitchell sept exemplaires du Livre de Mormon. Les missionnaires avaient entière confiance en « la vertu de leurs livres, et que celui qui les lirait, serait... convaincu de la véracité de leur contenu ». Après cette première rencontre, les Shakers et les Mormons en Ohio restèrent en bons termes et s’engagèrent, selon Ashbel Kitchell dans « le commerce et dans d’autres actes de bon voisinage ». Leurs échanges amicaux, cependant, n'allaient pas tarder à être mis à l’épreuve.

Une révélation pour les Shakers

Avant de se joindre aux Mormons, Leman Copley s'était associé aux Shakers de l'Union du Nord, sans doute durant leurs réunions, bien qu’il ne se soit jamais pleinement joint à leur vie communautaire austère. Le fait qu’il vécut à cinquante kilomètres de la communauté et qu’il soit resté marié indique son niveau d’engagement aux principes des Shakers. Bien qu'attiré par certains de leurs enseignements et sans doute par leur mode de culte, il n’était pas un participant à part entière. En effet, Ashbel Kitchell réprimanda Leman Copley pour avoir rejeté une vie de célibat et « choisi par le Mormonisme une voie plus facile ».

Comme tous les premiers convertis Mormons, Leman Copley apporta avec lui des traditions et des attitudes qui avaient été façonnées par son expérience religieuse précédente. Peu de temps après la conversion de Leman Copley, Joseph Smith parla avec lui et remarqua qu’il avait « sans doute le cœur honnête, mais qu'il conservait encore l’idée que les Shakers avaient raison sur certains égards de leur foi2 John Whitmer ajouta que Copley « était anxieux à l'idée que certains des elders aillent prêcher l’Évangile à ses anciens frères ». Il a même avec humour émit l'idée « d'être lui-même ordonné à prêcher3 ».

D & A 49 sur JosephSmithPapers.org
D & A 49 sur JosephSmithPapers.org

Le samedi 7 mai 1831, Leman Copley décida de rendre visite à Joseph Smith, qui vivait près de Kirtland, chez son ami Isaac Morley4. Bien que nous n’ayons aucune trace de leur conversation, Leman Copley espérait probablement obtenir des éclaircissements sur certaines croyances des Shakers et peut-être suggérer la possibilité d’une mission à l’Union du Nord. À la suite de cette réunion, Joseph reçut la révélation maintenant intégrée dans le canon des Écritures dans Doctrine et Alliances 49. Cette révélation traitait avec autorité des différences doctrinales des deux religions. Elle commençait par réprimander les Shakers en disant: « ils désirent connaître une partie de la vérité, mais pas tout car ils ne sont pas droits devant moi et doivent se repentir. »

Réaffirmant que le baptême est indispensable, la révélation condamnait ensuite plusieurs des croyances chères aux Shakers, déclarant que le mariage est ordonné de Dieu, que les animaux ont été donnés à l’homme pour la nourriture et les vêtements et que « le fils de l’homme ne vient pas sous la forme d’une femme ni d’un homme voyageant sur la terre5 » (voir D & A 49:22).

Dans la révélation, le Seigneur appelait Leman Copley, Sidney Rigdon et Parley P. Pratt à prêcher l’Évangile à ses frères et sœurs de l’Union du Nord. Bien qu'ils connussent tous les trois les principes des Shakers, Leman Copley avait beaucoup moins d'expérience en tant que prédicateur et missionnaire que ses compagnons. Son intérêt apparent à prêcher à ses amis Shakers signifiait qu’il allait appeler au repentir les personnes qui l'avaient méprisé pour ce qu’elles avaient décrit être un manque d’engagement religieux. Peut-être espérait-il montrer la vraie essence de sa nouvelle religion. Dans tous les cas, Leman Copley accepta de respecter fidèlement le commandement donné dans la révélation de « raisonner avec» les Shakers.

La Mission à l’Union du Nord

65636103167673319590-eng
Sidney Rigdon

Ainsi, munis de cette révélation, Sidney Rigdon et Leman Copley partirent rapidement pour l'Union du Nord. Plus tard le même jour, ils y arrivèrent et furent cordialement reçus par Ashbel Kitchell et ses pairs. Ils passèrent la soirée à débattre des mérites de leurs religions, chacun pensant probablement avoir gagné le débat.

Le lendemain matin, Ashbel Kitchell dit à Sidney Rigdon et à Leman Copley que, pour l'instant, personne ne devait « imposer sa doctrine à l'autre ». Ce jour-là, Sidney Rigdon avait prévu de lire la révélation aux Shakers lors de leur service de Sabbat, mais il décida de garder le silence et de « se plier aux règles de l'endroit».

Juste avant le début de la réunion, Parley P. Pratt arriva à cheval à l’Union du Nord. En apprenant l'attitude soumise de Sidney Rigdon face à la proposition d'Ashbel Kitchell, l'impétueux Parley P. Pratt insista pour qu’ils ne prêtent aucune attention à lui, car ils étaient venus avec l’autorité du Seigneur Jésus-Christ, et les gens devaient les écouter.

Les missionnaires restèrent silencieusement assis jusqu’à la fin de la réunion. Quand l'assemblée se leva pour partir, Sidney Rigdon « se leva et déclara qu’il avait un message du Seigneur Jésus-Christ pour ce peuple ; et demanda qu'on lui accorde le privilège de le remettre. » Avec la permission d'Ashbel Kitchell, il lut la révélation dans son intégralité et demanda s’ils pouvaient continuer à prêcher comme la révélation le leur avait dicté.

Ashbel Kitchell, contrôla son indignation et répondit qu’il refusait leur message et qu'il les « libérait eux et leur Christ de tout fardeau les concernant et qu'il en assumait l'entière responsabilité ». Sidney Rigdon répondit : « Cela, vous ne pouvez pas le faire ; je veux entendre les gens le dire. » Cependant, lorsque Ashbel Kitchell permit à d’autres personnes présentes de parler, elles affirmèrent « qu’elles étaient pleinement satisfaites de ce qu’elles avaient ».

Sidney Rigdon stoïquement mit de côté la révélation et conclut que leur mission avait été infructueuse. Parley P. Pratt, en revanche, ne s'avoua pas si facilement vaincu. Selon le récit d'Ashbel Kitchell, il se leva, secoua la poussière de sa veste en queue-de-pie en témoignage contre les shakers, qu'ils avaient rejeté la parole du Seigneur Jésus. Par cet acte, Parley P. Pratt suivait l'injonction que Jésus donna à ses disciples dans les Évangiles.

Mais Kitchell ne le toléra pas. Sa patience ayant atteint ses limites, le dirigeant Shaker s'adressa à Parley P. Pratt devant toute l' assemblée et dit : « Bête souillée, vous osez venir ici et prétendre être un homme de Dieu en secouant votre queue souillée ; confessez vos péchés et éliminez de votre âme vos passions et vos abominations, avant de vous comporter de nouveau de cette façon. »

Ensuite, Kitchell tourna sa colère contre Leman Copley, qui avait commencé à pleurer, et lui fit cette réprimande cinglante : « Hypocrite, vous aviez cette connaissance ; — vous saviez où se trouvait l'œuvre de Dieu ; mais par laisser-aller, vous avez consenti à vous laisser tromper. »

Conséquences

65636103167673319590-eng
Parley P. Pratt

Asbhel Kitchell renvoya rapidement l’assemblée. Parley P. Pratt, frustré, remonta à cheval et retourna immédiatement à Kirtland. Plus tard, il résuma ainsi leur visite : « Nous avons accompli cette mission, comme cela nous avait été commandé, dans une colonie de gens étranges, près de Cleveland, en Ohio ; mais ils ont refusé d’écouter ou d’obéir à l’Évangile6. » Après cet incident, les contacts entre l’Église et les Shakers devinrent rares et habituellement tendus.

Ce soir-là, Sidney Rigdon resta dîner avant de retourner à Kirtland et il laissa une copie de la révélation à Ashbel Kitchell. Pendant ce temps, cette même nuit, Leman Copley, resta à l’Union du Nord et retourna le lendemain à sa ferme, ses espoirs de convertir certains de ses frères tristement anéantis. La rencontre l'avait si bouleversé qu’à son retour à Thompson, il revint sur la promesse qu'il avait faite de permettre aux membres de l’Église de Colesville, dans l'État de New York, de vivre sur sa ferme.

Le dévouement de Leman Copley à l’Église rétablie continua de chanceler pendant de nombreuses années après sa mission chez les Shakers. Enfin, vers 1838, il rompit tout lien avec l’Église et demeura en Ohio pour le reste de sa vie.

 

Pour en savoir plus sur les sections mentionnées dans cet article, référez-vous au prochain volume, Michael Hubbard MacKay, Gerrit Dirkmaat J., Grant Underwood, Robert J. Woodford, William G. Hartley, dir. Documents : Juillet 1828-juin 1831. Premier volume de la série de Documents de The Joseph Smith Papers, publié sous la direction de Jessee, Ronald K. Esplin et Richard Lyman Bushman. Salt Lake City, Church Historian’s Press, 2013.

Notes de bas de page

[1] Si aucune précision n'est donnée, les citations de ce récit sont un extrait du journal d'Ashbel Kitchell et furent transcrites par Flake R. Lawrence dans « A Shaker vView of a Mormon Mission » (Une mission mormone du point de vue d'un Shaker), BYU Studies 20, n° 1, automne 1979, p. 94-99.

[2] Volume de Joseph Smith, histoire, 1838-1856, a-1, p. 112, Joseph Smith Papers.

[3] Karen Richard L. Jensen et David J. Whitaker, dir. Histories, Volume 2: Assigned Histories, 1831–1837, Vol. 2 de la série de journaux des Joseph Smith Papers,, dir. de publication Dean C. Jessee, Ronald K. Esplin et Richard Lyman Bushman, Salt Lake City, Church Historian’s Press, 2012, p.37.

[4] La date de cette révélation est basée sur les recherches de Gerrit Dirkmaat pour le prochain volume, Michael Hubbard MacKay, Gerrit Dirkmaat J., Grant Underwood, Robert J. Woodford, William G. Hartley, dir. Documents : Juillet 1828-juin 1831, premier volume de la série de Documents de The Joseph Smith Papers publiée sous la direction de Jessee, Ronald K. Esplin et Richard Lyman Bushman. Salt Lake City: Church Historian’s Press, 2013.

[5] Révélation reçue le 7 mai 1831, JSP.

[6] Parley P. Pratt, The autobiography of Parley Parker Pratt (Chicago : frères Pratt, 1888), p. 65.