Skip main navigation
fermer
Sauter le menu général

Révélations

dans leur contexte

Une école et une dotation

D&A 88, 90, 95, 109, 110

Nathan Waite

Au printemps 1834, lors d’une réunion de tous les détenteurs de la prêtrise à Kirtland (Ohio, États-Unis), Joseph Smith présenta sa vision de la destinée de l’Église. Cela dépassait l’imagination de tous ceux qui étaient présents. Il dit : « Vous n’en savez pas plus concernant la destinée de cette Église et de ce royaume qu’un petit enfant sur les genoux de sa mère. » Ensuite, il prophétisa : « Vous ne voyez qu’une petite poignée de détenteurs de la prêtrise ici, ce soir, mais l’Église remplira l’Amérique du Nord et du Sud, elle remplira le monde1. »

Cela dut être une pensée palpitante mais intimidante pour les hommes réunis dans la pièce. Ils avaient déjà beaucoup accompli dans le champ de la mission, baptisant des membres de l’Église dans certaines parties des États-Unis et du Canada. Cependant, de là à imaginer apporter l’Évangile à toute la terre, ils devaient ressentir leurs propres limites. Que devrait-il se passer pour développer une religion mondiale à partir d’une poignée de membres de l’Église ? Comment les anciens de l’Église aideraient-ils à réaliser la vision du Seigneur ?

Une promesse d’aide divine

Dans le Nouveau Testament, Jésus promit l’aide divine à ses apôtres lorsqu’ils partirent « prêcher la bonne nouvelle à toute la création ». Il leur donna l’instruction suivante : « Restez dans la ville [Jérusalem] jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut2. » En 1831, le Seigneur fit la même promesse aux saints selon laquelle, après s’être rassemblés en Ohio, ils seraient « dotés du pouvoir d’en haut » et envoyés ensuite répandre le message de l’Évangile3. Dans les années qui suivirent, cette dotation fut considérée comme une cérémonie particulière accomplie dans le temple de Nauvoo et dans les temples suivants, mais dans les années 1830, il s’agissait d’un déversement spirituel semblable à celui de la Pentecôte, une dotation ou un octroi de pouvoir miraculeux accordé à ceux qui partaient propager l’Évangile4.

Dans une révélation reçue fin décembre 1832 et début janvier 1833, maintenant Doctrine et Alliances 88, le Seigneur donna plus de détails sur ce que les anciens devaient faire afin d’être « préparés en tout, lorsqu’il les enverrait de nouveau » témoigner et avertir les peuples de la terre5. La révélation commandait aux membres de l’Église de s’organiser, de s’enseigner les uns aux autres des paroles de sagesse et d’établir une « maison de Dieu ». Faisant écho au commandement de Jésus rapporté dans le Nouveau Testament, la révélation disait aux anciens de « demeurer » à Kirtland, où ils devaient être instruits et dotés de pouvoir à l’école « afin d’être rendus parfaits dans [leur] ministère, pour aller pour la dernière fois parmi les Gentils6 ».

L’apprentissage à l’école des prophètes

Agissant sur la base de la révélation, les saints commencèrent à œuvrer pour « établir une école des prophètes » à Kirtland7. Le concept d’une école des prophètes n’était pas propre aux saints des derniers jours. Au XVIIe et XVIIIe siècles, Harvard et Yale étaient des séminaires pour former le clergé, et les deux établissements étaient parfois appelés des écoles des prophètes. Plus tard, des mouvements de réforme associés au deuxième Grand Réveil (un mouvement généralisé de renouveau religieux aux États-Unis au début du XIXe siècle) fondèrent des séminaires privés sous le même nom8.

Les premiers saints des derniers jours n’avaient ni les moyens ni le niveau d’instruction de la plupart des fondateurs d’écoles, mais ils avancèrent avec foi. N’ayant pas encore une maison du Seigneur où se réunir, l’école des prophètes fut organisée officiellement les 22 et 23 janvier 1833, à Kirtland, dans une petite pièce située au-dessus du magasin de Newel K. Whitney. Bien que des hommes et des femmes aient assisté à une partie de la réunion le 22 janvier, l’école, elle, était réservée aux hommes ordonnés à la prêtrise. Les participants à la première réunion reçurent « la manifestation divine du Saint-Esprit », notamment le don de parler en langues9.

Contrairement à une école conventionnelle, avec des semestres et un emploi du temps établi, dans un lieu fixe, l’école des prophètes était intermittente et mobile. Dans les collectivités agricoles telles que Kirtland, les mois d’hiver étaient plus propices aux activités telles que les études. La première session dura environ trois mois et se termina en avril10. Les sessions suivantes, appelées selon le cas « école des prophètes », « école de mes apôtres » et « école des anciens » se tinrent cet été-là au Missouri et de nouveau à Kirtland l’automne 1834 et l’hiver 1835-1836 dans l’imprimerie de l’Église ou dans le grenier du temple inachevé de Kirtland11.

La révélation de décembre 1832 contenait des directives précises sur le programme de l’école, qui devait comprendre des sujets aussi bien religieux que profanes. Les élèves devaient bien s’y connaître en « théorie, principes, doctrine et loi de l’Évangile », et ils devaient aussi étudier la terre elle-même (ce qui était dans le ciel, sur la terre et sous la terre). Ils devaient étudier l’histoire et les événements de l’actualité, avec la perspective de l’avenir grâce à la révélation prophétique. Ils devaient s’informer des pays étrangers. L’éducation dispensée à école des prophètes reposait sur un enseignant officiellement désigné et sur les participants eux-mêmes, apprenant les uns des autres, chacun prenant la parole à tour de rôle afin que « tous soient édifiés par tous12 ».

Une révélation du 8 mars 1833, maintenant Doctrine et Alliances 90, donnait à la première Présidence de l’Église nouvellement désignée, les « clefs » de l’administration de l’école des prophètes, et il semble que Joseph Smith ait pris l’initiative des sujets spirituels, assisté par Sidney Rigdon. L’école des prophètes fut le lieu ou les sept conférences sur la théologie, maintenant appelées « Lectures on Faith » furent prononcées. Ces conférences étaient incluses dans les premières éditions des Doctrine et Alliances. Elles formaient la première partie du livre, appelé « Doctrine », tandis que la seconde était les « Alliances », ou révélations. Les « Lectures on Faith » demeurent une contribution théologique importante du début des années 183013.

L’étude de la langue formait une partie considérable de l’éducation plus traditionnelle, en commençant par la grammaire anglaise. Pour la plupart, les anciens présents avaient peu d’instruction et pouvaient dire, comme Joseph Smith, qu’en tant qu’enfants de parents pauvres, ils avaient « seulement appris la lecture, l’écriture et les règles de base de l’arithmétique14 ». Bien qu’Orson Hyde fût orphelin depuis son enfance et ait fait peu d’études, il avait un don pour apprendre et fut nommé enseignant15. À plusieurs reprises, Joseph Smith rentra chez lui le soir et rassembla sa famille autour de lui pour lui enseigner les leçons de grammaire qu’il venait d’apprendre ce jour-là à l’école des prophètes16. En 1836, un professeur juif d’une université voisine vint donner des cours d’hébreu à de nombreux élèves de l’école des prophètes.

Devenir purs et unis

L’école des prophètes permettait aux premiers saints d’obtenir une meilleure instruction que celle qu’ils avaient pu recevoir jusqu’alors. Mais elle servait d’autres objectifs qui dépassaient l’apprentissage de faits et de concepts. La première génération de saints des derniers jours avait grandi dans une culture où la réputation était tenue en haute estime et où il était normal et même recommandé de réagir énergiquement aux affronts, réels ou imaginaires. L’ordre révélé de l’école des prophètes fut conçu pour aider les membres à dépasser ces faiblesses de leur culture. Des pratiques rituelles soulignaient le besoin de devenir purs et unis.

Pour devenir « purs du sang de cette génération » et pour se distinguer du monde, les anciens

D&A 88 sur JosephSmithPapers.org
participaient à des ablutions rituelles17. Après que chaque ancien s’était lavé le visage, les mains et les pieds, Joseph Smith lavait les pieds de chacun, suivant l’exemple de Jésus dans Jean 3:4-17 et les instructions données dans Doctrine et Alliances 88:138-141. Joseph lava les pieds de chaque nouveau membre de l’école et répéta la cérémonie dans d’autres réunions de l’école des prophètes18. Plus tard, les ablutions et les onctions, y compris le lavement des pieds, firent partie des préparatifs pour l’assemblée solennelle tenue dans le temple de Kirtland nouvellement consacré, et ces ablutions furent mises en exergue pendant l’assemblée solennelle elle-même.

Un souci plus ordinaire tel que l’hygiène joua également un rôle dans l’école des prophètes. Un des participants se rappelle qu’avant chaque jour d’école, ils se lavaient et mettaient du linge propre19. Et les plaintes d’Emma Smith au sujet des saletés que les membres de l’école faisaient en chiquant du tabac aboutirent à la révélation appelée la Parole de Sagesse20.

Outre le symbolisme de la purification, le lavement des pieds était aussi censé créer une unité parmi les anciens. Les révélations les exhortaient encore et encore à « s’aimer les uns les autres » et à « cesser de se critiquer les uns les autres », avertissant que « si vous n’êtes pas un, vous n’êtes pas de moi21 ». Joseph Smith enseigna que l’unité était une condition préalable à la dotation et faisait partie de la définition de Sion22. Il s’efforçait continuellement d’établir une bonne entente entre les dirigeants de l’Église d’Ohio et ceux du Missouri, et il enseignait qu’en plus de la purification spirituelle, le lavement des pieds était conçu pour unir leurs cœurs, afin qu’ils soient d’un même sentiment23.

La salutation prescrite en entrant dans l’école était également censée promouvoir l’entente, même dans une culture de disputes. Le président ou enseignant devait entrer en premier et accueillir chaque participant en levant les mains vers le ciel et en disant : « Êtes-vous un frère ou êtes-vous des frères ? Je vous salue au nom du Seigneur Jésus-Christ, en signe ou en souvenir de l’alliance éternelle, alliance dans laquelle je vous reçois dans la communion fraternelle avec la volonté fixe, immuable et inaltérable d’être votre ami et votre frère par la grâce de Dieu, dans les liens de l’amour, de marcher irréprochablement dans tous les commandements de Dieu, avec actions de grâces, pour toujours et à jamais. Amen. » L’élève cherchant à entrer dans l’école répétait l’alliance ou répondait simplement, « Amen ».

Les participants à l’école des prophètes prenaient également la Sainte-Cène ensemble, mais en portions ressemblant davantage à la dernière Cène que le morceau de pain et la gorgée d’eau que les saints des derniers jours ont l’habitude de prendre aujourd’hui. Comme Zebedee Coltrin se souvient : « On nous fournissait du pain chaud que nous rompions aisément en morceaux aussi grands que mon poing et chacun avait un verre de vin et était assis et mangeait le pain et buvait le vin24. »

Travailler en vue des promesses
D&A 95 sur JosephSmithPapers.org

En dépit de ces ordonnances unificatrices, l’entente s’avérait hors d’atteinte. La première session se termina en avril 1833 au moment de plusieurs appels en mission, et une révélation en juin (D&A 95) fit comprendre que celle-ci se terminait sur une dissonance. Le Seigneur dit : « Des querelles se sont élevées à l’école des prophètes, chose qui m’a été très pénible. » La même révélation réprimandait les saints pour n’avoir pas encore commencé à travailler sur la maison du Seigneur et répétait que c’était le lieu où devait se tenir « l’école de mes apôtres ». Cette révélation promettait que la « dotation » tant attendue arriverait lors d’une « assemblée solennelle » dans l’enceinte du nouveau temple.

À partir de 1834, les dirigeants de l’Église du Missouri et de l’Ohio se rassemblèrent à Kirtland pour assister à l’école et se préparer en tout pour l’assemblée solennelle où ils recevraient la dotation. Les deux groupes de dirigeants étaient cependant connus pour leur mésentente, et la dissension était caractéristique de l’époque. Aux environs de la même période, Orson Hyde envoya à Joseph Smith une lettre cinglante au sujet d’une dispute avec un autre apôtre, le frère de Joseph, William Smith25. Orson Hyde refusa de venir à l’école tant que l’affaire n’était pas réglée. Bien que les préoccupations d’Orson fussent rapidement résolues, d’autres disputes continuèrent de troubler le groupe. Joseph Smith dit : « L’adversaire fait appel à toute sa subtilité pour empêcher les saints d’être dotés en causant des divisions parmi les Douze et aussi parmi les soixante-dix, et des chamailleries et des jalousies parmi les anciens26. »

Heureusement, l’hiver 1835-1836 apporta une période longuement espérée de réconciliations et d’harmonie dans l’Église. Joseph renoua avec son frère William après des rapports houleux caractérisés par des coups de poing occasionnels27. Un important désaccord entre la Première Présidence et le Collège des Douze se termina par une réconciliation émouvante et des alliances qui rappelaient la salutation de l’école des prophètes28. À propos d’une réunion de l’Église tenue peu de temps après à laquelle les dirigeants récemment unis parlèrent, le journal de Joseph Smith rapporte : « Le Seigneur déversa son Esprit sur nous, et les frères commencèrent à confesser leurs fautes les uns aux autres, et l’assemblée fut rapidement en larmes et certains d’entre nous avions le cœur trop gonflé pour pouvoir parler, le don des langues nous surprit comme le déferlement d’un vent puissant et mon âme fut remplie de la gloire de Dieu29. » Ainsi unis, et avec de telles manifestations de l’approbation de Dieu, ils se préparèrent à recevoir la dotation promise.

Déversements spirituels

Des manifestations spirituelles miraculeuses se produisirent à divers moments au cours de l’école des prophètes alors que les anciens travaillaient pour vivre à la hauteur de la vision de Dieu pour eux et se préparaient pour la dotation30. Joseph Smith dit que de telles manifestations n’étaient qu’un « prélude aux joies que Dieu déverserait » lors de l’assemblée solennelle31.

Lorsque le temple de Kirtland fut enfin prêt pour sa consécration en mars 1836, Joseph Smith chercha à être guidé afin de

D&A 110 sur JosephSmithPapers.org
préparer une prière pour l’occasion grandiose. La prière, donnée par révélation et maintenant publiée en tant que Doctrine et Alliances 109, aborde de nombreux thèmes qui avaient occupé l’école des prophètes pendant la longue préparation pour la dotation de pouvoir. Elle parle d’apprentissage, de pureté spirituelle, d’organisation et d’unité, et d’œuvre missionnaire.

À l’occasion de la longue assemblée solennelle dans le temple, de nombreuses personnes vécurent de puissantes expériences spirituelles qu’elles assimilèrent à une dotation de pouvoir. Joseph Smith rapporta : « Le Sauveur apparut à certains, pendant que des anges en servaient d’autres, et c’était vraiment une pentecôte et une dotation dont on se souviendra longtemps, car le son se propagera de cet endroit vers le monde entier, et les événements de cette journée seront transmis sur les pages de l’histoire sacrée à toutes les générations, comme le jour de la Pentecôte. » D’autres manifestations et visions accompagnèrent la consécration du temple de Kirtland cette semaine-là32.

Le dimanche 3 avril 1836, pendant que Joseph Smith et Oliver Cowdery priaient aux pupitres du temple, ils reçurent la visite de Jésus-Christ et de nombreux messagers angéliques. Le Christ déclara qu’ils étaient purs, accepta la maison qu’ils lui avaient construite, et confirma la dotation que ses serviteurs avaient déjà reçue. Immédiatement après, ils reçurent des mains de Moïse lui-même « les clefs pour rassembler Israël des quatre coins de la terre », ainsi que d’autres clefs provenant d’autres prophètes anciens33. À leurs yeux, les promesses étaient accomplies et les anciens n’avaient pas besoin de rester plus longtemps à Kirtland.

À toutes les nations

Au fil des mois suivants, les missionnaires quittèrent Kirtland pour prêcher l’Évangile. En 1837, Orson Hyde et Heber C. Kimball se rendirent en Angleterre. Cette mission et les suivantes dans les îles Britanniques amenèrent des milliers de personnes dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et changèrent le cours de l’histoire. En 1844, Joseph Smith rapporta : « Les missionnaires de cette Église sont allés dans les Indes orientales, en Australie, en Allemagne, à Constantinople, en Égypte, en Palestine, dans les îles du Pacifique, et se préparent maintenant à ouvrir la porte des vastes dominations de la Russie34. » Ces efforts missionnaires, entrepris en grande partie par ces personnes instruites à l’école des prophètes et dotées de pouvoir dans le temple de Kirtland, marquèrent les débuts de l’Évangile rétabli se déployant pour remplir la terre.

Notes de bas de page

[1] Wilford Woodruff, dans Conference Report, avril 1898, p. 57.

[2] Marc 16:15 ; Luc 24:47-49 ; voir aussi Matthieu 28:18-20.

[3] « Revelation, 2 January 1831 [D&C 38] », josephsmithpapers.org.

[4] John Corrill et d’autres crurent que cette promesse était accomplie lorsque des personnes furent ordonnées pour la première fois à la haute prêtrise en juin 1831. Plusieurs firent rapport de manifestations spirituelles, mais on comprit vite qu’une dotation plus grande serait faite (John Corrill, Brief History of the Church of Christ of Latter Day Saints (Commonly Called Mormons) [St. Louis, Missouri : printed by author, 1839] ; Karen Lynn Davidson, Richard L. Jensen, et David J. Whittaker, éds., Histories, Volume 2 : Assigned Histories, 1831-1847, vol. 2 of the Histories series of The Joseph Smith Papers, éd. Dean C. Jessee, Ronald K. Esplin et Richard Lyman Bushman [Salt Lake City : Church Historian’s Press, 2012], p. 145).

[5] « Revelation, 27-28 December 1832 [D&C 88:1-126] », josephsmithpapers.org ; ponctuation modernisée.

[6] « Revelation, 27-28 December 1832 [D&C 88:1-126] », josephsmithpapers.org.

[7] Joseph Smith, « Letter to William W. Phelps, 11 January 1833 », josephsmithpapers.org.

[8] Voir Joseph F. Darowski, « Schools of the Prophets : An Early American Tradition », Mormon Historical Studies, vol. 9, n° 1 (Spring 2008), p. 1-13.

[9] « Minutes, 22-23 January 1833 », p. 7, josephsmithpapers.org.

[10] Joseph Smith, « History, 1838-1856, volume A-1 [23 December 1805-30 August 1834] », p. 287, josephsmithpapers.org.

[11] Le nom « école de mes apôtres » figure dans Doctrine et Alliances 95:17. « École des anciens » figure dans Joseph Smith, « History, 1838-1856, volume B-1 [1 September 1834-2 November 1838] », p. 562, josephsmithpapers.org.

[12] « Revelation, 27-28 December 1832 [D&C 88:1-126] », josephsmithpapers.org.

[13] Introduction historique de « Doctrine and Covenants, 1835 », josephsmithpapers.org.

[14] Joseph Smith, « History, circa Summer 1832 », p. 1, josephsmithpapers.org.

[15] Orson Hyde avait apparemment un don pour les langues et a plus tard mémorisé la Bible en anglais, en allemand et en hébreu (voir Orson Hyde, « The Marriage Relations », dans Journal of Discourses, 26 vols. [1854-1886], vol. 2, p. 81).

[16] Joseph Smith, « Journal, 1835-1836 », 4, 5, 11 novembre 1835, josephsmithpapers.org.

[17] Doctrine et Alliances 88:138.

[18] Souvenirs de Zebedee Coltrin, dans Minutes, Salt Lake City School of the Prophets, 3 octobre 1883 ; boap.org/LDS/Early-Saints/ZebC.html.

[19] Souvenirs de Zebedee Coltrin, dans Minutes, Salt Lake City School of the Prophets, 3 octobre 1883.

[20] Jed Woodworth, « The Word of Wisdom : D&C 89 », history.lds.org.

[21] Doctrine et Alliances 88:123-124 ; 38:27.

[22] Joseph Smith, « Journal, 1835-1836 », 16 janvier 1836, josephsmithpapers.org ; Dean C. Jessee, Mark Ashurst-McGee et Richard L. Jensen, éds., Journals, Volume 1 : 1832-1839, vol. 1 of the Journals series of The Joseph Smith Papers, éd. Dean C. Jessee, Ronald K. Esplin et Richard Lyman Bushman (Salt Lake City: Church Historian’s Press, 2008), p. 157.

[23] Joseph Smith, « Journal, 1835-1836 », 12 novembre 1835, josephsmithpapers.org.

[24] Souvenirs de Zebedee Coltrin, dans Minutes, Salt Lake City School of the Prophets, 3 octobre 1883.

[25] « Letter from Orson Hyde, 15 December 1835 », josephsmithpapers.org. Pour la solution aux préoccupations d’Orson Hyde, voir Joseph Smith, « Journal, 1835-1836 », 17 décembre 1835, josephsmithpapers.org.

[26] Joseph Smith, « Journal, 1835-1836 », 1 janvier 1836, josephsmithpapers.org.

[27] Joseph Smith, « Journal, 1835-1836 », 1 janvier 1836, josephsmithpapers.org.

[28] Joseph Smith, « Journal, 1835-1836 », 16 janvier 1836, josephsmithpapers.org.

[29] Joseph Smith, « Journal, 1835-1836 », 17 janvier 1836, josephsmithpapers.org.

[30] Souvenirs de Zebedee Coltrin, dans Minutes, Salt Lake City School of the Prophets, Oct. 3, 1883. De nombreuses caractéristiques de cette préparation et dotation, telles que les ablutions et l’onction, les instructions et l’entrée en la présence de Dieu, jouèrent un rôle essentiel dans la cérémonie de la dotation révélée à Nauvoo.

[31] Joseph Smith, « Journal, 1835-1836 », 12 novembre 1835, josephsmithpapers.org.

[32] Joseph Smith, « Journal, 1835-1836 », 30 mars 1836, josephsmithpapers.org.

[33] « Revelation, 3 April 1836 [D&C 110] », josephsmithpapers.org.

[34] Joseph Smith, « Latter Day Saints », p. 409, josephsmithpapers.org. Cet essai fut publié dans Israel Daniel Rupp, éd., He Pasa Ekklesia (1844).